Association Nationale pour l’Étude de la Neige et des Avalanches

Suivez nous

   

Où nous trouver ?

15, rue Ernest Calvat
38000 Grenoble

Accéder au plan

Tél : + 33 (0)4 76 51 39 39
Fax : + 33 (0)4 76 42 81 66 

BOUTIQUE ANENA

adhésion - abonnement 2017

Soutenez les actions de l'Anena

ADHÉREZ !! par carte ou par chèque directement en ligne

faites un don à l'Anena

Départements

Responsabilité administrative

  • Relaxe

Pourvoi contre le jugement du tribunal administratif de Grenoble du 7 juillet 1971

Avalanche sur la route départementale d'Entremont (Haute-Savoie), le 19 février 1969

N°84846

Résumé de l'affaire


I/ Circonstances de l'accident :
Le 19 février 1969, un accident de voiture fait 6 victimes sur la route départementale N 12 à Entremont, du fait de la chute d'une avalanche.

II/ Procédure :
Le département de la Haute-Savoie demande l'annulation et la réformation du jugement du Tribunal administratif de Grenoble qui l'avait condamné à payer des indemnités importantes aux ayants droit des victimes.

III/ Décision du juge :
Le juge considère d'abord, que si la « Gorge des Etroits », dans laquelle s'est produit l'accident, était pendant certaines périodes de l'année exposée à des risques d'avalanches, on ne pouvait pas dire que le chemin départemental était un ouvrage exceptionnellement dangereux de nature à engager la responsabilité du département envers les usagers.
Il retient également que l'absence d'ouvrage de protection des avalanches le jour de l'accident ne relevait pas d'un défaut d'aménagement ou d'un vice de conception.
Il constate par ailleurs une signalisation suffisante du danger et met en avant la théorie selon laquelle les victimes avaient accepté les risques en s'engageant sur la voie.
Il fait alors droit au département de la Haute-Savoie en annulant le jugement du Tribunal administratif.

 

Extraits
VU LA LOI DU 28 PLUVIOSE AN VIII ; LES ARTICLES 97 ET 101 DU CODE DE L'ADMINISTRATION COMMUNALE ; L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; LE CODE DE LA SECURITE SOCIALE ;
CONSIDERANT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE A CONDAMNE LE DEPARTEMENT DE LA HAUTE-SAVOIE A REPARER LES CONSEQUENCES DOMMAGEABLES DE L'ACCIDENT SURVENU LE 19 FEVRIER 1969 A LA DAME Z... ET AUX Y... GILLES NICOLLE, CATHERINE ET MARIE-NOELLE B..., ALORS QU'ILS CIRCULAIENT DANS DES VOITURES CONDUITES PAR LA DAME ET PAR LE SIEUR Z... SUR LE CHEMIN DEPARTEMENTAL N 12 DANS LA GORGE DES ETROITS DU FAIT DE LA CHUTE D'UNE AVALANCHE ;
CONS. , D'UNE PART, QUE SI LA GORGE DES ETROITS, DANS LAQUELLE S'EST PRODUIT L'ACCIDENT ETAIT, PENDANT CERTAINES PERIOD3S DE L'ANNEE, EXPOSEE AUX AVALANCHES, CETTE CIRCONSTANCE NE CONFERAIT PAS AU CHEMIN DEPARTEMENTAL LE CARACTERE D'UN OUVRAGE EXCEPTIONNELLEMENT DANGEREUX, DE NATURE A ENGAGER LA RESPONSABILITE DU DEPARTEMENT ENVERS LES USAGERS MEME EN L'ABSENCE D'UN VICE DE CONCEPTION OU D'UN DEFAUT D'AMENAGEMENT OU D'ENTRETIEN NORMAL ;
QUE L'ABSENCE, A LA DATE DE L'ACCIDENT, D'OUVRAGES DESTINES A PARER AUX RISQUES D'AVALANCHES NE REVELAIT NI UN DEFAUT D'AMENAGEMENT, NI UN VICE DE CONCEPTION ;
CONS. , D'AUTRE PART, QUE SI L'ACCIDENT EST SURVENU APRES LE RETABLISSEMENT SUR CETTE VOIE PUBLIQUE DE LA CIRCULATION QUI AVAIT ETE INTERDITE AUPARAVANT, L'AUTORITE DE POLICE N'A, EN TOUT ETAT DE CAUSE, COMMIS, DANS LES CIRCONSTANCES DE L'AFFAIRE, AUCUNE FAUTE DE NATURE A ENGAGER LA RESPONSABILITE DE LA PUISSANCE PUBLIQUE ;
CONS. QUE, DANS CES CONDITIONS, L'ACCIDENT LITIGIEUX DOIT ETRE REGARDE COMME LA REALISATION D'UN RISQUE QUE LE SIEUR ET LA DAME Z... AVAIENT ACCEPTE EN S'ENGAGEANT SUR LE TRONCON DANGEREUX ALORS QU'UNE SIGNALISATION APPROPRIEE LES EN AVAIT PREVENUS ;
QU'IL Y A LIEU, PAR VOIE DE CONSEQUENCE, D'ANNULER LE JUGEMENT ATTAQUE ET DE REJETER LA DEMANDE DU SIEUR Z... ET DE LA DAME VEUVE B... ; QUE LE DEPARTEMENT DE LA HAUTE-SAVOIE EST, DES LORS, FONDE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF A MIS A SA CHARGE LES CONSEQUENCES DOMMAGEABLES DE CET ACCIDENT ;
SUR LES DEPENS DE PREMIERE INSTANCE :
- CONS. QU'IL Y A LIEU, DANS LES CIRCONSTANCES DE L'AFFAIRE, DE METTRE LES DEPENS DE PREMIERE INSTANCE A LA CHARGE DU SIEUR Z... ET DE LA DAME VEUVE B... ; ANNULATION ; REJET DES DEMANDES DU SIEUR Z... ET DE LA DAME VEUVE B... AVEC DEPENS SOUS RESERVE DE L'APPLICATION DES DISPOSITIONS DES ARTICLES L. 58 ET L. 59 DU CODE DE LA SECURITE SOCIALE .
(...) ».

Dossiers de presse | Coordonnées Anena | E-mails équipe | Plan d'accès | Plan du site | Mentions légales