Association Nationale pour l’Étude de la Neige et des Avalanches

BOUTIQUE ANENA

adhésion - abonnement 2016

Soutenez les actions de l'Anena

ADHÉREZ !! par carte ou par chèque directement en ligne

faites un don à l'Anena

Où nous trouver ?

15, rue Ernest Calvat
38000 Grenoble

Accéder au plan

Tél : + 33 (0)4 76 51 39 39
Fax : + 33 (0)4 76 42 81 66 

Suivez nous

   

Gendarmerie de montagne

La gendarmerie de montagne

Présentation

Les pelotons de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et pelotons de gendarmerie de montagne (PGM) sont des unités de la gendarmerie nationale française spécialisées dans le secours aux victimes en montagne. Leur action repose essentiellement sur des unités spécialisées chargées de missions de secours et de police judiciaire.

Ces pelotons sont composés de gendarmes formés au Centre national d'instruction au ski et à l'alpinisme de la gendarmerie (CNISAG) implanté à Chamonix.

Les PGHM sont implantés dans la plupart des départements des massifs  alpins et pyrénéens ainsi qu'en Corse et sur l'île de la Réunion. Ils ont une compétence territoriale étendue au département et, en tant que de besoin, aux massifs sur lesquels ils ont vocation à intervenir. Ils sont spécialement destinés aux missions de secours, aux enquêtes judiciaires concomitantes et à l'exercice de la police administrative.

Les PGM sont situés dans les Vosges, le Jura et le Massif central. Ils disposent d'une compétence territoriale et exercent des missions identiques aux PGHM. Seules les dotations en matériel diffèrent.

L'action de la gendarmerie repose aussi sur des brigades territoriales (brigades de montagne et de haute montagne) qui doivent pouvoir exercer leurs missions quelles que soient les conditions atmosphériques sur l'étendue de leur circonscription, et qui peuvent participer à des missions d'aide et d'assistance.

Le 1er août 2014, une unité de coordination technique montagne (UCTM) est créée à Chamonix. Cette unité, composée d'officiers, ayant l'expérience du commandement de PGHM et de gradés supérieurs de la spécialité montagne, dépend directement de la Direction nationale de la Gendarmerie nationale. Ses missions s'inscrivent dans une logique de démarche qualité et de réduction des risques et consistent à appuyer les unités spécialisées montagne (CNISAG, PGHM et PGM) de la gendarmerie et à les évaluer.

Les effectifs

La gendarmerie compte environ 280 militaires (20 officiers et 260 sous-officiers de gendarmerie) spécialistes « montagne » répartis dans 22 unités :

  • 16 pelotons de gendarmerie de haute montagne (PGHM):

Ville

Département

Situation

Chamonix

Haute-Savoie

Massif du Mont-Blanc

Briançon

Hautes-Alpes

Oisans, massif des Ecrins, massif des Cerces

Grenoble

Isère

Alpes

Bourg-Saint-Maurice

Savoie

Alpes

Modane

Savoie

Alpes

Annecy

Haute-Savoie

Alpes

Jausiers

Alpes-de-Haute-Provence

Alpes

Saint-Sauveur-sur-Tinée

Alpes-Maritimes

Alpes

Pierrefitte-Nestalas

Hautes-Pyrénées

Pyrénées

Bagnères-de-Luchon

Haute-Garonne

Pyrénées

Oloron-Sainte-Marie

Pyrénées-Atlantiques

Pyrénées

Savignac-les-Ormeaux

Ariège

Pyrénées

Osséja

Pyrénées-Orientales

Pyrénées

Corte

Haute-Corse

Corse

Ajaccio

Corse-du-Sud

Corse

Saint-Denis

La Réunion

La Réunion

  • 5 pelotons de gendarmerie de montagne2(PGM):

Ville

Département

Situation

Xonrupt-Longemer

Vosges

Massif des Vosges

Munster

Haut-Rhin

Massif des Vosges

Morez

Jura

Massif du Jura

Murat

Cantal

Massif central

Le Mont-Dore

Puy-de-Dôme

Massif central

 

Les missions

À travers toutes ces unités, la gendarmerie participe, soit à titre exclusif, comme à Chamonix, soit en collaboration avec les CRS ou les services de sécurité civile et sapeurs-pompiers, aux plans départementaux de secours en montagne.

Elle exerce deux types de missions :

  • mission depolice administrativeconsistant en une mission de police-liaison et une mission de secours (surveillance, prévention, information, secours et assistance)
  • mission depolice judiciaire, une procédure judiciaire étant établie lors d'accident ayant entraîné une atteinte corporelle ou la mise en cause d'un professionnel de la montagne. En dehors de ces cas, un procès-verbal de renseignement judiciaire. Cette mission peut également s'exercer lors des enquêtes diligentées à la suite de catastrophe comme les avalanches.

 

Plus concrètement, les missions consistent à :

  • secourir les personnes en difficulté,
  • rechercher les personnes disparues ou décédées,
  • contrôler le respect des diverses réglementations et constater les infractions,
  • surveiller le secteur montagneux,
  • participer aux commissions de sécurité (refuge,domaine skiable, ouvertures de route...),
  • prévenir les accidents et informer le public,
  • mener les enquêtes consécutives à des accidents en montagne,
  • réaliser des expertises au profit des magistrats.

Ces gendarmes sont ainsi des secouristes mais aussi des enquêteurs qui opèrent en étroite collaboration avec d'autres intervenants (gendarmes pilotes d'hélicoptère, pilotes de la sécurité civile, gendarmes maîtres de chiens, médecins, etc.)

 

Principaux fondements :

-       Circulaire n°36 600 du 19 décembre 1995 relative à l'organisation et à l'emploi de la gendarmerie en montagne.

Dossiers de presse | Coordonnées Anena | E-mails équipe | Plan d'accès | Plan du site | Mentions légales