Association Nationale pour l’Étude de la Neige et des Avalanches

Arrêté du 26 avril 2013 version initiale

Le 23 mars 2016

JORF n°0113 du 17 mai 2013

 

Texte n°28

 

 

Arrêté du 26 avril 2013 relatif à la formation spécifique du diplôme d'Etat de ski - moniteur national de ski nordique de fond

 

NOR: SPOF1311617A

 

 

ELI:https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2013/4/26/SPOF1311617A/jo/texte

 

 

 

 

La ministre des sports, de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative,

 

Vu la loi n° 85-30 du 9 janvier 1985 modifiée relative au développement et à la protection de la montagne ;

 

Vu la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 modifiée relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations, notamment son article 24 ;

 

Vu le code du sport, notamment ses articles L. 212-1 et L. 212-2, D. 142-26 et D. 142-29, D. 211-53, R. 212-4, R. 212-7 à R. 212-10, D. 212-53, D. 212-67 à D. 212-69-2, A. 142-8 et A. 142-9, la sous-section 7 de la section 1 du chapitre II du titre Ier du livre II des dispositions réglementaires (Arrêtés) ;

 

Vu l'arrêté du 11 avril 2012 modifié relatif à la formation spécifique du diplôme d'Etat de ski - moniteur national de ski alpin ;

 

Vu l'avis de la section permanente du ski de fond de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne en date du 8 mars 2013 ;

 

Vu l'avis de la commission professionnelle consultative des métiers du sport et de l'animation en date du 11 avril 2013, 

 

 

TITRE Ier : LES PRÉROGATIVES D'EXERCICE

 

 

Article 1

 

 

Les dispositions des articles D. 212-67 à D. 212-69-2 du code du sport susvisés créent une filière de diplômes d'Etat spécifiques aux métiers d'enseignement, d'encadrement et d'entraînement des sports de montagne. Le diplôme d'Etat de ski - moniteur national de ski nordique de fond relevant de cette filière, atteste, pour tout public, les compétences requises pour l'encadrement, l'animation, l'enseignement et l'entraînement en sécurité du ski nordique de fond et de ses activités dérivées définies en annexe VIII du présent arrêté, en application de l'ensemble des classes de la progression du ski nordique de fond et de ses activités dérivées, définies par la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne. Par encadrement et animation, on entend notamment l'activité d'accompagnement du ski nordique de fond et de ses activités dérivées.

 

En moyenne montagne, sur des reliefs vallonnés excluant tout accident de terrain important, le diplôme d'Etat de ski - moniteur national de ski nordique de fond permet à son titulaire d'assurer en toute autonomie et indépendance, avec tout type de matériel de ski nordique de fond et tout type d'engin dérivé de ce matériel l'encadrement des activités suivantes :

 

- la promenade nordique d'une durée maximale d'une journée, sur les pistes de ski de fond ;

 

- la randonnée nordique d'une durée d'un ou plusieurs jours, sur les pistes ou en dehors de pistes de ski de fond. Dans le cas où la randonnée dure plusieurs jours, l'hébergement de nuit est organisé dans une structure ou un refuge gardé ;

 

- le raid nordique d'une durée d'un ou plusieurs jours consécutifs en autonomie complète ou non ;

 

- le ski de fond, issu de la forme compétitive du ski nordique de fond, qui se pratique sur des pistes de ski de fond et peut également se pratiquer en altitude sur des pistes préparées pour cette pratique, balisées et damées, situées sur des reliefs vallonnés excluant tout accident de terrain important.

 

Les titulaires du diplôme d'Etat de ski - moniteur national de ski nordique de fond, sont soumis tous les six ans à un stage de recyclage organisé par l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne. 

 

TITRE II : ORGANISATION GÉNÉRALE DE LA FORMATION

 

 

Article 2

 

 

Précédée d'un test technique d'accès, la formation au diplôme d'Etat de ski - moniteur national de ski nordique de fond est assurée par l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne.

 

Le cursus de formation spécifique se déroule dans l'ordre chronologique suivant :

 

1° Le cycle préparatoire d'une durée minimale de soixante-dix heures réparties sur deux semaines ;

 

2° Le stage pédagogique de sensibilisation d'une durée minimale de vingt-cinq jours ;

 

3° Le test de capacité technique ;

 

4° Le premier cycle d'une durée de trois semaines, constitué de trois unités de formation devant être suivies dans l'ordre suivant :

 

- en premier lieu, l'UF « fondamentaux de l'enseignement du ski nordique de fond et de ses activités dérivées », d'une durée minimale de soixante-dix heures réparties sur deux semaines ;

 

- indifféremment en deuxième ou en troisième lieu :

 

a) L'UF « sécurité 1 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard » d'une durée minimale de trente-cinq heures réparties sur une semaine ;

 

b) L'UF « environnement professionnel », d'une durée minimale de trente-cinq heures, réparties sur une semaine ;

 

5° Le stage pédagogique d'application, d'une durée minimale de vingt-cinq jours ;

 

6° Le second cycle d'une durée de cinq semaines, constitué de trois unités de formation qui doivent être suivies dans l'ordre chronologique suivant :

 

- l'UF « pratiques compétitives du ski nordique de fond et de ses activités dérivées », d'une durée minimale de trente-cinq heures réparties sur une semaine ;

 

- l'UF « maîtrise technique et pédagogique de l'enseignement du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » d'une durée minimale de soixante-dix heures réparties sur deux semaines ;

 

- l'UF « sécurité 2 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard enneigé » d'une durée minimale de soixante-dix heures réparties sur deux semaines.

 

Le cycle préparatoire et l'unité de formation « pratiques compétitives du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » peuvent être organisés par un établissement public ou un autre organisme de formation conventionné à cet effet par l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne, après avis de la section permanente du ski de fond de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne.

 

Le référentiel de certification du diplôme d'Etat de ski - moniteur national de ski nordique de fond est fixé en annexe XI au présent arrêté. 

 

TITRE III : LE TEST TECHNIQUE D'ACCÈS

 

 

Article 3

 

 

Les candidats au test technique d'accès prévu à l'article 2 doivent être âgés de dix-sept ans, au 31 décembre de l'année civile au cours de laquelle se déroule ce test.

 

Le dossier d'inscription, dont la composition est fixée en annexe I au présent arrêté, est déposé auprès de la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale territorialement compétente.

 

Le pôle national des métiers de l'encadrement du ski et de l'alpinisme veille au respect des règles et procédures administratives d'inscription à l'examen du test technique d'accès, et procède à l'affectation géographique des candidats au niveau national. 

 

Article 4

 

 

Le test technique d'accès comprend deux épreuves se déroulant dans l'ordre chronologique suivant :

 

1° Une épreuve de performance se déroulant en technique de patinage et consistant en un parcours chronométré, de 7,5 km pour les hommes et de 5 km pour les femmes, organisé en référence aux règles techniques établies par la Fédération internationale de ski aménagées afin de prendre en compte les objectifs spécifiques de cette épreuve. L`épreuve de performance est organisée suivant les modalités définies en annexe I au présent arrêté ;

 

2° Une épreuve de démonstration technique se déroulant en technique classique sur une boucle tracée en terrain varié permettant la réalisation et l'enchaînement de tous les pas.

 

Pour chaque test technique d'accès, le temps de référence est établi par les ouvreurs affectés par le délégué national du pôle national des métiers de l'encadrement du ski et de l'alpinisme, après avis conforme de la section permanente du ski de fond de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne. 

 

Article 5

 

 

Seuls sont autorisés à se présenter à l'épreuve de démonstration technique les candidats ayant accompli le parcours de l'épreuve de performance dans un temps égal ou supérieur au seuil d'admissibilité établi à la note de 8 sur 20. Les modalités de calcul du seuil d'admissibilité sont précisées en annexe I au présent arrêté.

 

Sont déclarés admis au test technique d'accès les candidats ayant obtenu une moyenne générale de 10 sur 20 sur les deux épreuves avec :

 

a) Une note minimale de 8 sur 20 à l'épreuve de performance ;

 

b) Une note minimale de 10 sur 20 à l'épreuve de démonstration technique.

 

A l'issue des épreuves, une attestation de réussite est délivrée par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale aux candidats admis. La durée de validité de cette attestation est fixée à trois ans, à compter du 1er novembre suivant la date de réussite au test. Elle ne peut être prorogée. 

 

Article 6

 

 

Le jury du test technique d'accès est présidé par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale territorialement compétent ou son représentant, fonctionnaire de catégorie A appartenant à un corps relevant du ministère chargé des sports. Il comprend :

 

- un représentant de la Fédération française de ski, désigné par son président ;

 

- un représentant de l'organisation professionnelle nationale la plus représentative, désigné par son président ;

 

- des techniciens qualifiés, parmi lesquels figurent les ouvreurs.

 

Le jury du test technique veille au bon déroulement de l'épreuve de performance et à sa conformité aux règles techniques mentionnées à l'article 4 du présent arrêté.

 

Pour chacune des deux épreuves mentionnées au 1° et au 2° de l'article 4, le président du jury plénier peut désigner, en tant que de besoin, des commissions d'évaluation composées du représentant de la Fédération française de ski, du représentant de l'organisation professionnelle nationale la plus représentative et de techniciens qualifiés. 

 

TITRE IV : LE CYCLE PRÉPARATOIRE

 

 

Article 7

 

 

Peuvent s'inscrire au cycle préparatoire les candidats âgés de dix-sept ans au moins au premier jour de la formation, en possession d'une attestation de réussite au test technique d'accès en cours de validité et titulaires de l'unité d'enseignement « prévention et secours civiques de niveau 1 » (PSC 1) ou son équivalent.

 

Le dossier d'inscription, dont la composition est fixée en annexe II au présent arrêté, est déposé auprès du service ou établissement organisateur.

 

Le pôle national des métiers de l'encadrement du ski et de l'alpinisme veille au respect des règles et procédures administratives d'inscription au cycle préparatoire et procède à l'affectation géographique des candidats au niveau national. 

 

Article 8

 

 

Le cycle préparatoire, d'une durée minimale de dix jours, vise :

 

1° A aborder :

 

- les éléments théoriques, pratiques, techniques du ski nordique de fond dans la classe débutant et la classe 1 définis par le mémento de l'enseignement du ski français, ski nordique de fond ;

 

- les acquisitions techniques du ski nordique de fond dans les classes 2 et 3, définies par le mémento de l'enseignement du ski français, ski nordique de fond ;

 

- les responsabilités du moniteur stagiaire ;

 

- les activités dérivées du ski nordique de fond et leurs principes élémentaires de sécurité ;

 

- l'importance à donner au développement des territoires ;

 

- la découverte de l'environnement professionnel.

 

2° A sensibiliser les candidats à l'amélioration des compétences linguistiques au profit d'une clientèle étrangère.

 

Le cycle préparatoire permet également d'informer les candidats sur les fondements de l'éthique professionnelle.

 

En outre, il aborde les questions de sécurité, et notamment celles qui sont liées au déplacement en milieu hivernal enneigé.

 

Le cycle préparatoire est placé sous la responsabilité administrative du service organisateur qui désigne un coordonnateur administratif, fonctionnaire de catégorie A appartenant à un corps relevant du ministère chargé des sports.

 

L'équipe de formateurs du cycle préparatoire, titulaires d'un des diplômes définis à l'annexe II au présent arrêté, est composée par le directeur de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne.

 

Elle comprend au moins un formateur de ce site.

 

Le directeur de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne, désigne :

 

- le responsable pédagogique du cycle préparatoire qui est soit le formateur du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne, soit le coordonnateur administratif, titulaire d'un des diplômes définis à l'annexe II au présent arrêté ;

 

- un adjoint au responsable pédagogique du cycle préparatoire, parmi l'équipe de formateurs. 

 

Article 9

 

 

A l'issue du cycle préparatoire, un examen dont les modalités sont définies en annexe II au présent arrêté permet de s'assurer que le candidat satisfait aux exigences préalables à la mise en situation pédagogique.

 

En cas d'échec à l'examen, le candidat doit à nouveau suivre l'intégralité du cycle préparatoire.

 

Un livret de formation, constitué de trois temps de formation successifs et indépendants les uns des autres, est délivré au candidat admis au cycle préparatoire, par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale organisateur de l'examen du cycle préparatoire.

 

Le premier temps de formation a une durée de trois ans, calculée à compter du 1er novembre suivant la date de réussite aux épreuves de l'examen du cycle préparatoire. Ce temps ne peut pas être prorogé.

 

Le livret de formation confère la qualité de stagiaire en situation dans le cadre d'une convention de stage définie aux articles 13 et 22 du présent arrêté. 

 

Article 10

 

 

Le jury de l'examen du cycle préparatoire est présidé par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale territorialement compétent ou son représentant, fonctionnaire de catégorie A appartenant à un corps relevant du ministère chargé des sports. Il est assisté du coordonnateur administratif mentionné à l'article 8 du présent arrêté, pour l'organisation de l'examen.

 

Le jury de l'examen du cycle préparatoire comprend :

 

- un représentant de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne, désigné par son directeur ;

 

- deux représentants de la Fédération française de ski, désignés par son président, à l'exclusion des membres de l'équipe de formateurs mentionnée à l'article 8 ;

 

- deux représentants de l'organisation professionnelle nationale la plus représentative, désignés par son président, à l'exclusion des membres de l'équipe de formateurs mentionnée à l'article 8 ;

 

- le responsable pédagogique de l'unité de formation préparatoire au premier cycle ou son adjoint.

 

A l'exclusion du président du jury, tous les membres du jury doivent être titulaires d'un des diplômes définis à l'annexe II au présent arrêté. 

 

TITRE V : ACCUEIL DES STAGIAIRES EN STAGE PÉDAGOGIQUE

 

 

Article 11

 

 

Les stages pédagogiques mentionnés à l'article 2 du présent arrêté se déroulent dans des écoles de ski et des structures fédérales d'entraînement de la Fédération française de ski, agréées en qualité de centres de formation et sous l'autorité du directeur de l'école ou du président de la structure fédérale d'entraînement.

 

Les stages pédagogiques permettent aux stagiaires d'aborder des contenus techniques et pédagogiques en cohérence avec l'ensemble du dispositif de formation mis en place par l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne.

 

La mise en situation des stagiaires répond à la nécessité de leur faire découvrir les différents aspects du métier, de mettre en application avec profit les enseignements reçus et de les préparer à la suite de leur formation.

 

Le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale territorialement compétent procède à l'agrément et au retrait d'agrément des écoles de ski et des structures fédérales d'entraînement de la Fédération française de ski ainsi que des conseillers de stage, après avis d'une commission régionale d'agrément, dont la composition est définie à l'article 12, dans les formes prévues à l'article 24 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 susvisée.

 

La commission régionale d'agrément rend un avis sur chaque demande d'agrément, après s'être assurée que la demande répond aux critères de recevabilité définis en annexe III au présent arrêté. Elle se prononce également sur les retraits d'agrément, motivés conformément aux dispositions de la même annexe.

 

Lorsque, sur une commune disposant d'un domaine de ski nordique de fond, il n'existe aucune école de ski agréée en qualité de centre de formation, le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale territorialement compétent peut, après avis de la commission régionale d'agrément, puis de la section permanente du ski de fond de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne, agréer à titre exceptionnel une seule école de ski ne satisfaisant pas totalement aux critères de recevabilité, afin de répondre à une logique d'aménagement du territoire et de revitalisation rurale.

 

Le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Rhône-Alpes peut également, à titre exceptionnel et après avis de la section permanente du ski de fond de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne, agréer, en qualité de centre de formation, une association nationale participant à l'exercice d'une mission de service public, selon les modalités définies en annexe III au présent arrêté.

 

L'agrément est accordé pour une durée maximale d'un an et prend fin, en tout état de cause, le 30 novembre de l'année suivant sa notification. Le non-respect des critères de recevabilité définis en annexe III au présent arrêté ainsi que des conditions techniques et pédagogiques de formation des stagiaires constaté en cours de saison peut entraîner le retrait de l'agrément. Dans ce cas, les conventions de stage sont dénoncées et les stagiaires souhaitant poursuivre leur stage doivent signer une nouvelle convention avec une autre école de ski ou une autre structure fédérale d'entraînement de la Fédération française de ski, agréée en qualité de centre de formation. 

 

Article 12

 

 

La commission régionale d'agrément est composée comme suit :

 

- le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale ou son représentant, président ;

 

- un représentant de la Fédération française de ski, désigné par son président ;

 

- un représentant de l'organisation professionnelle nationale la plus représentative, désigné par son président ;

 

- le directeur de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne ou son représentant ;

 

- le délégué national du pôle national des métiers de l'encadrement du ski et de l'alpinisme ou son représentant ;

 

- deux personnalités choisies par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, en raison de compétences particulières en matière de formation.

 

La liste des membres de la commission régionale d'agrément ainsi composée est arrêtée chaque année par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, pour une période allant du 1er novembre au 31 octobre de l'année suivante. 

 

TITRE VI : LE STAGE PÉDAGOGIQUE DE SENSIBILISATION

 

 

Article 13

 

 

Le stage pédagogique de sensibilisation est accessible aux titulaires d'un livret de formation en cours de validité, incluant le premier temps de formation, mentionné à l'article 9 du présent arrêté. Il se déroule dans une école de ski agréée en qualité de centre de formation et sous l'autorité du directeur de l'école, conformément aux dispositions prévues à l'article 11, après validation d'une convention de stage.

 

La convention de stage, dont le modèle figure en annexe IV au présent arrêté, est établie entre le directeur de l'école de ski agréée en qualité de centre de formation et le stagiaire, aussi longtemps que celui-ci n'a pas satisfait à l'évaluation du premier cycle. Elle est visée par le conseiller de stage désigné par le directeur de l'école. Sa durée minimale est de six jours consécutifs. Elle est transmise pour validation à la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale du lieu d'implantation de l'école au plus tard le premier jour du stage. La durée minimale validée du stage de sensibilisation est de vingt-cinq jours.

 

En cas de fractionnement du stage ou de changement d'école ski agréée en qualité de centre de formation, une nouvelle convention est établie pour chaque période qui ne peut être inférieure à six jours consécutifs.

 

La ou les attestations de stage émanant de la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale territorialement compétente sont délivrées et attestées pour chaque période de stage, par le directeur de l'école ski agréée en qualité de centre de formation et validées par la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, dépositaire de la convention de stage.

 

La qualité de stagiaire ne vaut que dans le cadre d'une convention de stage en cours de validité.

 

Le stage pédagogique de sensibilisation permet aux stagiaires :

 

- de découvrir le milieu professionnel dans toute sa diversité (usages professionnels, aspect relationnel avec la clientèle) ;

 

- de développer leur capacité à exercer au sein d'une structure ;

 

- d'appréhender les exigences de l'exercice du métier (déontologie, éthique professionnelle) ;

 

- de préparer le test de capacité technique et l'unité de formation « fondamentaux de l'enseignement du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » ;

 

- de maintenir et d'améliorer leur niveau de pratique, notamment lors de compétitions ;

 

- de maintenir et d'améliorer leur niveau de pratique en activités assimilées ;

 

- d'être sensibilisés aux diverses activités du métier ;

 

- de disposer des outils d'analyse de la pratique professionnelle ;

 

- de se voir proposer diverses situations pédagogiques ;

 

- de mettre en œuvre des situations pédagogiques ;

 

- d'encadrer différents publics dont les mineurs accueillis pendant et hors temps scolaire ;

 

- d'être sensibilisés à la gestion de leur cursus de formation ;

 

- d'observer des situations d'apprentissage variées pour les différents publics ;

 

- de parfaire leurs connaissances linguistiques au profit d'une clientèle étrangère ;

 

- d'être sensibilisés à la perspective de l'exercice professionnel et de son développement.

 

Le stagiaire intervient en responsabilité auprès de publics diversifiés uniquement sur des pistes balisées et dans le cadre de promenades nordiques.

 

Le niveau de pratique des skieurs correspond aux classes « débutants 1 » (adultes et enfants) définies dans le mémento de l'enseignement du ski français, ski nordique de fond.

 

A ce titre, il est autorisé à encadrer contre rémunération, conformément aux dispositions de l'article R. 212-4 du code du sport susvisé. 

 

TITRE VII : LE TEST DE CAPACITÉ TECHNIQUE

 

 

Article 14

 

 

Le test de capacité technique valide l'aptitude technique et de sécurité.

 

Il comprend deux épreuves qui se déroulent dans les conditions définies à l'annexe V au présent arrêté :

 

1° Une épreuve de performance consistant en un parcours chronométré de 7,5 kilomètres pour les hommes et de 5 kilomètres pour les femmes effectué en technique classique et organisé en référence aux règles techniques établies par la Fédération internationale de ski, aménagées pour prendre en compte les objectifs assignés à cet examen. Le temps de référence est établi par l'un des ouvreurs affectés nationalement par le délégué national du pôle national des métiers de l'encadrement du ski et de l'alpinisme, après avis conforme de la section permanente du ski de fond de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne.

 

Seuls les candidats ayant obtenu la moyenne de dix sur vingt à l'épreuve de performance peuvent se présenter à l'épreuve de démonstration technique ;

 

2° Une épreuve de démonstration technique qui s'effectue en technique de patinage sur un parcours descendant de type nordique mettant en évidence les changements de direction au moyen de pas tournants, les virages à conduite dérapée ainsi que les pas de patineur à vitesse moyenne et élevée (pas de patineur un temps, pas de patineur combinés) tels que définis dans le mémento de l'enseignement du ski français, ski nordique de fond.

 

Les modalités d'organisation et d'évaluation du test de capacité technique sont fixées en annexe V au présent arrêté.

 

Sous réserve des dispositions de l'article 33 du présent arrêté, le stagiaire doit avoir satisfait aux épreuves de l'examen du cycle préparatoire, pour se présenter à l'examen du test de capacité technique.

 

Le pôle national des métiers de l'encadrement du ski et de l'alpinisme veille au respect des règles et procédures administratives d'inscription aux épreuves et procède à l'affectation géographique des candidats au niveau national.

 

A l'issue des épreuves, une attestation de réussite est délivrée aux candidats admis, par le président du jury mentionné à l'article 16 du présent arrêté.

 

La réussite au test de capacité technique ouvre droit à l'ouverture du second des trois temps de formation mentionnés à l'article 9 du présent arrêté. Ce second temps de formation a une durée de trois ans, calculée à compter du 1er novembre suivant la date de réussite à l'épreuve de l'examen, pour continuer le stage de sensibilisation et se présenter pour la première fois au premier cycle. Il est délivré par le directeur régional de la jeunesse des sports et de la cohésion sociale organisateur du test de capacité technique.

 

Sur demande motivée et argumentée du candidat, il peut être prorogé d'un an, par ce même directeur.

 

Sont déclarés admis, les candidats ayant réalisé un temps égal ou supérieur à la moyenne de 10 sur 20 à l'épreuve de performance et ayant obtenu une note égale ou supérieure à 10 sur 20 à l'épreuve de démonstration technique.

 

Sont dispensés, à leur demande, de l'épreuve de performance du test de capacité technique les candidats ayant obtenu un classement égal ou inférieur à 200 points pour les hommes et 250 points pour les femmes sur l'échelle correspondant au classement « distance » fixée par la Fédération internationale de ski. Ce classement attesté par le président de la Fédération française de ski ou son représentant doit avoir été acquis dans les cinq années précédant la demande de validation de dispense du test de capacité technique par le candidat.

 

L'attestation de dispense est délivrée, au niveau national, par le délégué national du pôle national des métiers de l'encadrement du ski et de l'alpinisme. 

 

Article 15

 

 

L'examen du test de capacité technique est organisé à l'échelon national sous la responsabilité de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne, en relation avec les directeur régionaux de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale concernés, aux lieux et dates fixés annuellement par la section permanente du ski de fond de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne.

 

Le dossier d'inscription au test de capacité technique, dont la composition est fixée en annexe V au présent arrêté, est déposé auprès de la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale territorialement organisatrice.

 

Chaque saison, le nombre d'inscriptions au test de capacité technique est limité à deux.

 

Les candidats qui n'ont pas satisfait à l'épreuve du test de capacité technique à l'issue de la période de validité de leur livret de formation, incluant le premier temps de formation tel que mentionné à l'article 9 du présent arrêté, perdent la qualité de stagiaire mais conservent néanmoins la possibilité de s'y présenter. 

 

Article 16

 

 

Le jury du test de capacité technique est présidé par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale territorialement compétent ou son représentant, fonctionnaire de catégorie A appartenant à un corps relevant du ministère chargé des sports. Il comprend :

 

- deux représentants de la Fédération française de ski, désignés par son président ;

 

- deux représentants de l'organisation professionnelle nationale la plus représentative, désignés par son président ;

 

- des techniciens qualifiés ;

 

- deux ouvreurs au minimum, titulaires d'un des diplômes de moniteur professionnel de ski nordique de fond défini en annexe IX au présent arrêté.

 

Le jury du test de capacité technique veille au bon déroulement de l'épreuve de performance et à sa conformité et aux règles techniques mentionnées à l'article 14 du présent arrêté.

 

Le président du jury plénier peut désigner, en tant que de besoin, une commission d'évaluation composée d'un des représentants de la Fédération française de ski, d'un des représentants de l'organisation professionnelle nationale la plus représentative et de techniciens qualifiés. 

 

TITRE VIII : LE PREMIER CYCLE

 

 

Article 17

 

 

Le premier cycle, d'une durée de quatre semaines, est constitué de trois unités de formation :

 

- l'UF « fondamentaux de l'enseignement du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » d'une durée minimale de quinze jours ;

 

- l'UF « sécurité 1 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard » d'une durée minimale de cinq jours ;

 

- l'UF « environnement professionnel » d'une durée minimale de cinq jours.

 

Peuvent accéder au premier cycle les candidats remplissant les trois conditions suivantes :

 

- avoir un livret de formation, incluant le second temps de formation tel que mentionné à l'article 14 du présent arrêté, en cours de validité lors de la première inscription ;

 

- avoir validé le test de capacité technique depuis moins de cinq ans ou être en possession d'une attestation de dispense du test de capacité technique délivrée depuis moins de cinq ans ;

 

- avoir effectué au moins vingt-cinq jours du stage pédagogique de sensibilisation et les avoir validés dans les conditions prévues à l'article 13 du présent arrêté. 

 

Article 18

 

 

L'unité de formation « fondamentaux de l'enseignement du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » est organisée hors période estivale. Elle vise à :

 

- étudier les éléments théoriques, pratiques et pédagogiques du ski nordique de fond définis par le mémento de l'enseignement du ski français, ski nordique de fond essentiellement dans les classes 2 et 3 ;

 

- réaliser tous les gestes du ski nordique de fond à des vitesses différentes et sur des qualités de neige et des terrains variés et les enchaîner ;

 

- démontrer des gestes du ski nordique de fond jusque dans leur forme la plus élaborée et les expliquer ;

 

- préparer à l'encadrement d'un groupe.

 

Les modalités d'évaluation de l'unité de formation « fondamentaux de l'enseignement du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » sont définies en annexe VI-1 au présent arrêté. 

 

Article 19

 

 

L'unité de formation « sécurité 1 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard » vise :

 

- l'apprentissage de la lecture des cartes relatives aux zones de montagne, de l'orientation sur la carte et sur le terrain, du déplacement à l'aide d'instruments de navigation ;

 

- l'acquisition des connaissances de base relatives au milieu montagnard (les phénomènes naturels, la vie en montagne, les espaces réglementés, l'organisation des secours) ;

 

- le développement de l'approche sécuritaire des activités dérivées.

 

Les modalités d'évaluation de l'unité de formation « sécurité 1 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard », organisée par le directeur de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne, sont définies en annexe VI-2 au présent arrêté. 

 

Article 20

 

 

L'unité de formation « environnement professionnel » vise :

 

- l'acquisition de connaissances dans les domaines de l'environnement professionnel socio-économique, juridique et touristique ;

 

- l'appropriation d'une méthodologie et des techniques de conception de produit de vente ;

 

- la connaissance de la réglementation liée à l'activité au sein des différentes structures d'encadrement ;

 

- l'adaptation des interventions aux différents publics.

 

Les modalités d'évaluation de l'unité de formation « environnement professionnel », organisée par le directeur de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne, sont définies en annexe VI-3 au présent arrêté. 

 

Article 21

 

 

Le dernier des trois temps de formation mentionnés à l'article 9 du présent arrêté est délivré aux candidats ayant validé le premier cycle, par le directeur de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne. Il a une durée de quatre ans, calculée à compter du 1er novembre suivant la date de réussite au premier cycle.

 

Le troisième temps de formation fixe le temps maximum nécessaire pour certifier l'ensemble de la formation en qualité de stagiaire. Il est réputé caduc si, dans le délai de quatre ans calculé à compter du 1er novembre suivant la date de réussite au premier cycle, le stagiaire n'a pas satisfait à l'évaluation du second cycle. Sur demande motivée et argumentée du stagiaire, ce délai peut être néanmoins prorogé d'une année renouvelable une fois par le directeur de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne. 

 

TITRE IX : LE STAGE PÉDAGOGIQUE D'APPLICATION

 

 

Article 22

 

 

Le stage pédagogique d'application est accessible aux titulaires d'un livret de formation en cours de validité. Il se déroule dans une école de ski ou dans une structure fédérale d'entraînement de la Fédération française de ski agréée en qualité de centre de formation et sous l'autorité du directeur de l'école ou du président de la structure fédérale d'entraînement, conformément aux dispositions de l'article 11 du présent arrêté, après validation d'une convention de stage.

 

La convention de stage, dont le modèle figure en annexe IV au présent arrêté, est établie entre le directeur de l'école de ski ou le président de la structure fédérale d'entraînement de la Fédération française de ski agréée en qualité de centre de formation et le stagiaire, aussi longtemps que celui-ci n'a pas satisfait à l'évaluation du second cycle. Elle est visée par le conseiller de stage désigné par le directeur de l'école ou par le président de la structure fédérale d'entraînement. Sa durée minimale est de six jours consécutifs. Elle est transmise pour validation à la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale du lieu d'implantation de l'école ou de la structure fédérale d'entraînement au plus tard le premier jour du stage. La durée minimale validée du stage d'application est de vingt-cinq jours.

 

En cas de fractionnement du stage ou de changement d'école de ski ou de structure fédérale d'entraînement de la Fédération française de ski agréées en qualité de centre de formation, une nouvelle convention est établie pour chaque période qui ne peut être inférieure à six jours consécutifs.

 

La ou les attestations de stage émanant de la direction régionale de la jeunesse et sports et de la cohésion sociale territorialement compétente sont délivrées et attestées pour chaque période de stage par le directeur de l'école de ski ou de la structure fédérale d'entraînement agréé en qualité de centre de formation.

 

La qualité de stagiaire ne vaut que dans le cadre d'une convention de stage en cours de validité.

 

Le stage pédagogique d'application permet aux stagiaires :

 

- de découvrir le milieu professionnel dans toute sa diversité ;

 

- d'appréhender les exigences de l'exercice du métier (déontologie, éthique professionnelle) ;

 

- de maintenir et améliorer leur niveau de pratique ;

 

- de maintenir et améliorer leur niveau de pratique en activités dérivées ;

 

- de se voir proposer diverses situations pédagogiques ;

 

- de mettre en œuvre des situations d'apprentissage variées pour les différents publics ;

 

- d'utiliser les outils d'analyse de la pratique professionnelle ;

 

- d'encadrer les différents publics dont les scolaires, les accueils collectifs de mineurs ;

 

- d'être sensibilisés à la gestion de leur cursus de formation ;

 

- de mettre en œuvre les acquis du premier cycle et préparer le second cycle ;

 

- de favoriser la pratique personnelle de la randonnée nordique ;

 

- de parfaire leurs connaissances linguistiques au profit d'une clientèle étrangère ;

 

- de constituer et rédiger un dossier portant sur le développement de leur activité professionnelle et des territoires à partir de l'expérience acquise lors de ce stage.

 

Le stagiaire intervient en responsabilité auprès de publics diversifiés uniquement sur des pistes balisées. Le niveau de pratique des skieurs correspond à tous les niveaux des classes « adultes et enfants » définies dans le mémento de l'enseignement du ski français, ski nordique de fond. A ce titre, il est autorisé à encadrer contre rémunération conformément à l'article R. 212-4 du code du sport susvisé. 

 

TITRE X : LE SECOND CYCLE

 

 

Article 23

 

 

Peuvent accéder au second cycle les candidats répondant aux deux conditions suivantes :

 

- avoir validé le premier cycle ;

 

- être titulaire de l'attestation de réussite à l'épreuve de la formation générale commune aux métiers d'enseignement, d'encadrement et d'entraînement des sports de montagne ou de l'attestation de réussite aux épreuves de l'examen de la formation générale commune aux métiers sportifs de la montagne ou de l'attestation de réussite aux épreuves de l'examen de la partie commune du brevet d'Etat d'éducateur sportif.

 

Le second cycle comprend trois unités de formation qui doivent être suivies dans l'ordre chronologique suivant :

 

- l'unité de formation « pratiques compétitives du ski nordique de fond et de ses activités dérivées », d'une durée minimale d'une semaine ;

 

- l'unité de formation « maîtrise technique et pédagogique de l'enseignement du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » d'une durée minimale de deux semaines ;

 

- l'unité de formation « sécurité 2 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard enneigé » d'une durée minimale de deux semaines.

 

Peuvent se présenter à l'unité de formation « sécurité 2 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard enneigé » les candidats répondant aux deux conditions suivantes :

 

- avoir validé le premier cycle depuis une saison d'hiver au moins ;

 

- avoir effectué six randonnées en ski, au minimum, en dehors de la période estivale, après avoir validé l'unité de formation « sécurité 1 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard ». 

 

Article 24

 

 

L'unité de formation « pratiques compétitives du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » vise :

 

- la connaissance du cadre général d'organisation de la Fédération française de ski ;

 

- la mise en œuvre d'une compétition fédérale ;

 

- la connaissance des fondements théoriques de l'entraînement et ses principes généraux ;

 

- le développement des savoirs faire dans le domaine de la pratique compétitive des activités dérivées ;

 

- la prise en compte des éléments nécessaires à l'encadrement d'un club de ski dans le respect de la sécurité et de l'éthique ;

 

- à contribuer à assurer l'entraînement des pratiquants dans le respect de la sécurité et de l'éthique professionnelle ;

 

- à aborder les principaux enjeux de développement de la pratique compétitive pour les jeunes catégories ;

 

- à susciter le besoin de formation auprès des stagiaires.

 

Les modalités d'évaluation de l'unité de formation « pratiques compétitives du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » sont définies en annexe VII-1 au présent arrêté. 

 

Article 25

 

 

Peuvent accéder à l'unité de formation « maîtrise technique et pédagogique de l'enseignement du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » les candidats ayant satisfait à l'évaluation de l'unité de formation « pratiques compétitives du ski nordique de fond et de ses activités dérivées », pouvant attester avoir effectué au moins vingt-cinq jours du stage pédagogique d'application et les avoir validés dans les conditions prévues à l'article 22 et ayant présenté un dossier portant sur le développement des activités et des territoires à partir de l'expérience acquise lors du stage d'application.

 

L'unité de formation « maîtrise technique et pédagogique de l'enseignement du ski nordique de fond et de ses activités dérivées », d'une durée minimale de deux semaines, vise :

 

- l'acquisition de la maîtrise technique et pédagogique dans l'ensemble des classes de la progression définies dans le mémento de l'enseignement du ski français, ski nordique de fond ;

 

- l'acquisition de connaissances complémentaires dans les domaines techniques et les procédés pédagogiques sur la base des acquis des unités de formations antérieures ;

 

- l'acquisition de la capacité à évoluer en sécurité dans les disciplines dérivées du ski nordique de fond.

 

Elle vise en outre à permettre aux stagiaires de développer leur capacité d'adaptation en fonction des niveaux et des attentes des pratiquants, notamment des enfants, des scolaires et des personnes handicapées.

 

Les modalités d'évaluation de l'unité de formation « maîtrise technique et pédagogique de l'enseignement du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » sont définies en annexe VII-2 au présent arrêté. 

 

Article 26

 

 

L'unité de formation « sécurité 2 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard enneigé », d'une durée minimale de deux semaines organisée en période hivernale vise :

 

- l'adaptation de l'enseignement technique et pédagogique à la pratique de la randonnée, du raid nordique et le développement de la capacité à gérer en autonomie un groupe sur pistes et hors des pistes ;

 

- l'acquisition de connaissances pratiques et théoriques sur la neige, la météorologie et le milieu montagnard enneigé ;

 

- la maîtrise des techniques propres à la recherche de victimes d'avalanches et au message d'alerte.

 

Les modalités d'évaluation de l'unité de formation « sécurité 2 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard enneigé », organisée par le directeur de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne, sont définies en annexe VII-3 au présent arrêté. 

 

TITRE XI : LA VALIDATION DES DEUX CYCLES ET LES JURYS D'EXAMEN

 

 

Article 27

 

 

Les unités de formation du premier et du second cycle sont validées, pour chacun des deux cycles, par un jury présidé par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Franche-Comté ou son représentant, fonctionnaire de catégorie A appartenant à un corps relevant du ministère chargé des sports.

 

Outre son président, le jury est ainsi composé :

 

- un représentant de la Fédération française de ski, désigné par son président ;

 

- un représentant de l'organisation professionnelle nationale la plus représentative, désigné par son président ;

 

- un professeur de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne ;

 

- un technicien ou enseignant qualifié.

 

Dans le cadre des épreuves relatives aux différentes unités de formation définies aux articles 18, 19, 25 et 26 du présent arrêté, des commissions d'évaluation peuvent être constituées, en tant que de besoin, par le directeur de l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne. Elles sont composées de techniciens qualifiés désignés parmi les membres du jury, titulaires d'un des diplômes définis en annexe IX au présent arrêté, et représentatifs des différentes composantes du jury. Elles proposent à ce dernier les résultats de leurs évaluations.

 

Les candidats ayant obtenu la validation de chacune des trois unités de formation du second cycle et obtenu un total général de 210 points à ce dernier sont déclarés admis au diplôme d'Etat de ski - moniteur national de ski nordique de fond.

 

Le diplôme est délivré par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Franche-Comté. 

 

TITRE XII : LA VALIDATION DES ACQUIS DE L'EXPÉRIENCE

 

 

Article 28

 

 

Les candidats qui souhaitent déposer une demande de validation des acquis de l'expérience en vue de l'obtention du diplôme doivent avoir satisfait aux épreuves du test de capacité technique et avoir obtenu le premier cycle.

 

Peuvent être obtenues par la voie de la validation des acquis de l'expérience, l'unité de formation « pratiques compétitives du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » prévue à l'article 24 du présent arrêté et la formation générale commune aux métiers d'enseignement, d'encadrement et d'entraînement des sports de montagne mentionnée à l'article 23 du même arrêté.

 

Pour le calcul du total général de points défini à l'article 27, les candidats ayant obtenu par la voie de la validation des acquis de l'expérience, l'unité de formation « pratiques compétitives du ski nordique de fond et de ses activités dérivées » se voient attribuer dix points. 

 

TITRE XIII : LES DISPENSES

 

 

Article 29

 

 

Les titulaires du diplôme de guide de haute montagne ou du diplôme d'accompagnateur en moyenne montagne du brevet d'Etat d'alpinisme, les titulaires du brevet d'Etat d'éducateur sportif du premier degré, option « ski alpin » et les titulaires du diplôme d'Etat de ski - moniteur national de ski alpin sont dispensés de l'unité de formation « sécurité 1 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard ».

 

Les titulaires du diplôme de guide de haute montagne ou du diplôme d'accompagnateur en moyenne montagne du brevet d'Etat d'alpinisme ayant suivi, pour ces derniers, l'unité de formation « moyenne montagne enneigée », les titulaires du brevet d'Etat d'éducateur sportif du premier degré, option « ski alpin » et les titulaires du diplôme d'Etat de ski - moniteur national de ski alpin sont dispensés des modalités suivantes de l'unité de formation « sécurité 2 ski nordique de fond et activités dérivées en milieu montagnard enneigé » :

 

- l'épreuve de recherche en avalanche à l'aide d'un DVA ;

 

- l'épreuve portant sur la connaissance du milieu montagnard enneigé, la préparation d'itinéraires, la gestion des risques, la cartographie, la navigation et les accidents liés à la montagne ;

 

- la rédaction et de la transmission d'un message d'alerte sur le terrain.

 

Pour le calcul du total général de points défini à l'article 27 du présent arrêté, ces candidats se voient attribuer dix points pour l'épreuve portant sur la connaissance du milieu montagnard enneigé, la préparation d'itinéraires, la gestion des risques, la cartographie, la navigation et les accidents liés à la montagne. 

 

TITRE XIV : LES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU

 

 

Article 30

 

 

Le diplôme d'Etat de ski-moniteur national de ski nordique de fond peut être délivré aux candidats étant ou ayant été inscrits sur la liste ministérielle des sportifs de haut niveau dans une discipline déléguée à la Fédération française de ski, après qu'ils auront suivi une formation aménagée et individualisée, évaluée de manière adaptée, et organisée par l'Ecole nationale des sports de montagne, site du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne.

 

Pour les sportifs de haut niveau étant ou ayant été inscrits sur la liste ministérielle relevant des disciplines du ski alpin et de ses activités dérivées, les dispositions du premier alinéa ne s'appliquent qu'aux titulaires du brevet d'Etat d'éducateur sportif du premier degré, option « ski alpin » ou du diplôme d'Etat de ski - moniteur national de ski alpin. 

 

TITRE XV : DISPOSITIONS DIVERSES ET TRANSITOIRES

 

 

Article 31

 

 

Le président du jury peut à tout moment, après avis du jury et sur décision motivée, suspendre le déroulement des épreuves ou exclure un candidat, pour des raisons t

Dossiers de presse | Coordonnées Anena | E-mails équipe | Plan d'accès | Plan du site | Mentions légales