Association Nationale pour l’Étude de la Neige et des Avalanches

Outils étrangers

Les outils d’aide à la décision étrangers

Stop or Go

La méthode Stop or Go, développée par Michael Larcher, responsable de formations au Club Alpin Autrichien, a été largement adoptée par ce club.

Cet outil, qui se présente sous la forme d’une carte, comporte trois parties. Les deux premières parties (Check 1 et Check 2), illustrées sur le recto de la carte, forment le système combiné de prise de décision.

 

stop or go recto

Le verso de la carte donne des conseils de prévention à suivre lors de la préparation de la sortie, ainsi que lors de la montée et de la descente.

stop or go verso


La partie Check 1 applique la méthode élémentaire de réduction de W. Munter : selon l’indice du risque d’avalanche annoncé par le BRA, le randonneur pourra se déplacer sur des pentes jusqu’à un certain angle.

  • Par risque faible (1), aucun angle de pente n’est indiqué ;
  • Par risque limité (2), il doit choisir des pentes inférieures à 40°;
  • Par risque marqué (3), il peut évoluer dans des pentes inférieures à 35°.
  • Par risque fort (4), il choisira des pentes de moins de 30°,
  • tandis qu’ il renoncera à sortir par risque très fort (5).


Une fois effectuée cette première étape, le randonneur devra observer différents facteurs nivo-météorologiques (Check 2) :

  • Neige fraîche ?
  • Transport de neige par le vent ?
  • Activité avalancheuse ?
  • Humidification importante du manteau neigeux ?
  • Indices d’instabilité du manteau neigeux (« whoumfs », fissurations).


Suite à ces observations, il doit répondre à la question : « est-ce dangereux pour moi ? ». Si son analyse révèle un danger potentiel, cela signifie « Stop ». Dès lors, le randonneur doit modifier son itinéraire ou renoncer à la sortie. Si le Check 2 ne révèle aucun danger apparent, cela signifie « Go », et le randonneur peut continuer sur l’itinéraire prévu.

Enfin, le verso de la carte apporte des conseils de sécurité traditionnels pour la préparation de la course (consultation du BRA et de la carte, composition et équipement du groupe, etc.) ainsi que pour son déroulement, à la montée comme à la descente (vérification des Arva au départ, distances de sécurité, choix de la trace, orientation, communication, etc.).
Étant donné la latitude laissée à l’utilisateur pour analyser et conclure sur la dangerosité des facteurs en Check 2, cette méthode est plutôt destinée à des pratiquants déjà expérimentés et entraînés.


Le site de la StoporGo : http://www.alpenverein-freistadt.at/lawinenb.htm


Bibliographie

• « Description and evaluation of existing European decision-making support schemes for recreational backcountry travelers » - CAA/NIF Project ADFAR – I. McCammon, P. Haegeli – May 28, 2005.
• « Réduire les risques d’avalanche » – Les Alpes 11/2001 Revue du CAS – S. Harvey.
• « The Avaluator – A Canadian rule-based avalanche decision support tool for amateur recreationists » Processings ISSW Telluride, CO – P. Haegeli, I. McCammon, B. Jamieson, C. Israelson, G. Statham – Oct. 1-6, 2006.
• Report on the meeting of the Avalanche Rescue Commission of IKAR-CISA – Malbun, Liechtenstein – C. Utzinger – Oct. 19-24, 2002.
• « Prévention des accidents d’avalanche. L’exemple canadien » – Montagne Magazine – F. Sivardière – novembre 2007.


SnowCard und *Faktorencheck

*Faktorencheck (contrôles des facteurs)


Cette méthode a été développée par Martin Engler et a été adoptée par le Club Alpin allemand ainsi que l’Association de Ski allemande.
Cet outil combine l’utilisation de la SnowCard et d’une liste de facteurs à prendre en considération (Faktorencheck). La méthode est basée, dans sa globalité, sur la méthode 3X3 de W. Munter.

Au recto, la Snowcard pose trois questions :

  • Quel est le risque d’avalanche annoncé par le BRA ?
  • Quelle est l’inclinaison la plus forte ?
  • Orientation et profil de pente favorables ou défavorables ?

Une fois l’indice de risque connu, l’utilisateur doit déterminer l’inclinaison de la pente dans laquelle il souhaite s’engager.

À cette fin, il doit prendre en considération l’aire de 10 m2 la plus raide à l’intérieur d’une zone de danger. Cette zone de danger varie selon l’indice de risque du BRA. Ainsi, par risque faible (1), l’utilisateur doit considérer uniquement la zone proche de la trace. Par risque limité (2), il s’agit de la zone couvrant 20 à 40 mètres autour de la trace. Par risque marqué (3), l’utilisateur doit considérer la pente entière ainsi que les zones d’écoulement probable. Par risque fort (4), la zone à prendre en considération est étendue aux pentes adjacentes et à des zones d’écoulement plus larges.

Une fois déterminé l’angle de la pente la plus raide, selon le degré de risque du BRA, l’utilisateur juge si la pente est favorable ou défavorable.

snowcard recto

Au verso de la carte (figure 4 et 5), un hologramme propose deux graphiques : pente favorable ou défavorable. Dans les deux cas, le graphique détermine un risque d’avalanche (vert, jaune ou rouge) en fonction de l’indice de risque du BRA, combiné à l’inclinaison de la pente.

Dans la frange verte, le risque est considéré comme faible. Dans la frange jaune, il est nécessaire de prendre des précautions (espacement et taille de groupe limitée).

snowcard gunstige

 

Dans la frange rouge le risque est élevé, la randonnée déconseillée.

snowcard ungunstige

 

Cet outil est conçu tant pour des novices que pour des pratiquants experts.
En effet, la SnowCard est complétée par une liste de paramètres (Faktorencheck) que les randonneurs peuvent utiliser pour affiner leur estimation à partir de leurs observations, et donc de leur niveau de connaissance/expérience et de la visibilité sur le terrain.
La liste permet un examen de plusieurs paramètres contribuant au risque d’avalanche :

quantité de neige fraîche / transport de neige / température au cours de la chute / état de surface / stabilité / topographie / facteurs humains.

Un utilisateur novice pourra n’utiliser que la SnowCard, combinant BRA et inclinaison de la pente sur le graphique concernant les pentes défavorables (cas le plus prudent). Il est invité cependant à compléter cette estimation par l’observation de signes d’alarme évidents concernant l’instabilité («whoumfs», transport de neige significatif, chutes de neige intenses, activité avalancheuse récente). Un novice capable de préciser l’orientation de la pente, son altitude, la topographie, pourra distinguer s’il s’agit d’une pente favorable ou défavorable et pourra donc utiliser les deux graphiques. Aux niveaux plus avancés, les randonneurs pourront utiliser en partie ou totalement la liste de paramètres et établir leur propre analyse et décision. L’utilisation de cette liste de facteurs dépend non seulement de l’expérience et des connaissances de l’utilisateur, mais également des possibilités d’observation : en cas de brouillard, un expert pourra se retrouver dans la peau d’un novice !



Le site de la DAV Snowcard: http://www.av-snowcard.de/

Bibliographie

• « Description and evaluation of existing European decision-making support schemes for recreational backcountry travelers » - CAA/NIF Project ADFAR – I. McCammon, P. Haegeli – May 28, 2005.
• « Réduire les risques d’avalanche » – Les Alpes 11/2001 Revue du CAS – S. Harvey.
• « The Avaluator – A Canadian rule-based avalanche decision support tool for amateur recreationists » Processings ISSW Telluride, CO – P. Haegeli, I. McCammon, B. Jamieson, C. Israelson, G. Statham – Oct. 1-6, 2006.
• Report on the meeting of the Avalanche Rescue Commission of IKAR-CISA – Malbun, Liechtenstein – C. Utzinger – Oct. 19-24, 2002.
• « Prévention des accidents d’avalanche. L’exemple canadien » – Montagne Magazine – F. Sivardière – novembre 2007.


Avaluator

L’Avaluator est une carte combinant un outil de planification de la sortie et une « check-list » facilitant la prise de décision sur le terrain. Un livret fournit des recommandations complémentaires sur certains aspects qui ne peuvent être abordés grâce à la carte.

Diffusé sur le territoire canadien depuis 2006, l’Avaluator a été développé dans le cadre d’un projet de la Canadian Avalanche Association.

evaluator recto

Au recto de la carte, un graphique permet de combiner l’indice du risque annoncé par le BRA (échelle européenne du risque d’avalanche, version canadienne) et une échelle d’exposition du terrain. Cette échelle comporte trois niveaux décrivant le degré d’exposition d’un itinéraire au risque : simple, exigeant et complexe. La plupart des itinéraires situés dans les parcs nationaux canadiens ainsi qu’un certain nombre d’itinéraires, les plus populaires, situés en dehors des parcs, ont été classés sur cette échelle.

Suivant les différentes combinaisons possibles, un code couleur (vert, jaune et rouge) fournit un niveau de prudence à adopter lors de la sortie. Dans la zone verte, la randonnée est considérée comme sûre et le randonneur devra prendre les mesures de prévention habituelles. Dans la zone jaune, une prudence accrue est nécessaire pour évoluer en sécurité. Cela implique dès lors une expérience et un entraînement plus importants. Dans la zone rouge, la randonnée est déconseillée sans l’aide d’un guide.

evaluator verso

Le verso de la carte permet d’évaluer le risque d’avalanche au niveau de la pente, à partir d’une check-list de sept indices-clés.

Alors que les cinq premiers indices concernent les conditions nivo-météorologiques (BRA, activité avalancheuse, signes d’instabilité, humidification, surcharge par neige fraîche, pluie ou transport par le vent), les deux derniers questionnent sur la topographie locale (couloir, pièges de terrain).

Selon le nombre d’indices-clés observés, une échelle fournit des recommandations pour se déplacer : prudence habituelle (deux indices observés ou moins), prudence accrue (trois ou quatre indices), déconseillé (plus de quatre indices).

L’Avaluator est complété par un livret qui fournit aux randonneurs des conseils de comportement sur le terrain (choix de l’itinéraire et gestion du groupe).

Bibliographie

• « Description and evaluation of existing European decision-making support schemes for recreational backcountry travelers » - CAA/NIF Project ADFAR – I. McCammon, P. Haegeli – May 28, 2005.
• « Réduire les risques d’avalanche » – Les Alpes 11/2001 Revue du CAS – S. Harvey.
• « The Avaluator – A Canadian rule-based avalanche decision support tool for amateur recreationists » Processings ISSW Telluride, CO – P. Haegeli, I. McCammon, B. Jamieson, C. Israelson, G. Statham – Oct. 1-6, 2006.
• Report on the meeting of the Avalanche Rescue Commission of IKAR-CISA – Malbun, Liechtenstein – C. Utzinger – Oct. 19-24, 2002.
• « Prévention des accidents d’avalanche. L’exemple canadien » – Montagne Magazine – F. Sivardière – novembre 2007.


Dossiers de presse | Coordonnées Anena | E-mails équipe | Plan d'accès | Plan du site | Mentions légales