Association Nationale pour l’Étude de la Neige et des Avalanches

BOUTIQUE ANENA

adhésion - abonnement 2017

Soutenez les actions de l'Anena

ADHÉREZ !! par carte ou par chèque directement en ligne

faites un don à l'Anena

Suivez nous

   

Où nous trouver ?

15, rue Ernest Calvat
38000 Grenoble

Accéder au plan

Tél : + 33 (0)4 76 51 39 39
Fax : + 33 (0)4 76 42 81 66 

Conseil d'Administration

Le Conseil d'Administration

 

PRÉSIDENTS D'HONNEUR

Louis Néel (†) Prix Nobel de Physique en 1970, Président de l'ANENA de 1971 à 1976
Jacques Saunier (†) Président de l'ANENA de 1976 à 1978
Philippe Traynard (†) Président de l'ANENA de 1978 à 1983
Pierre Corbet Président de l'ANENA de 1983 à 1988
Jean-Guy Cupillard Président de l'ANENA de 1988 à 1998
Hervé Gaymard Président de l'ANENA de 1998 à 2003
Richard Lambert Président de l'ANENA de février à novembre 2007
Jean Faure Sénateur Honoraire de l'Isère, Président de l'ANENA de novembre 2007 à novembre 2014
 

Conseil d'administration de l'ANENA, élu lors de l'assemblée générale de 2014

  Collège N°1 - Membres de droit
  >> ANMSM

Président
André Plaisance

Maire des Belleville, Président de la FNSSDS
Vice-Président
Pierre Balme
Maire de Venosc (ANMSM)
Chantal Carlioz Maire de Villard de Lans (ANMSM)
Xavier Roseren Maire des Houches
  >> ANEM

Trésorier Ajoint
Jean Picchioni

Président du SIVOM des 7 Laux (ANEM)
Jean-Pierre SEVREZ Maire de la Grave (ANEM)
   >> Ministères
Le Directeur
Direction de la Prévention des Pollutions et des Risques (DPPR) -
Représentant le Ministre de l'Écologie et du Développement Durable
Le Directeur
Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles (DDSC) -
Représentant le Ministre de l'Intérieur
Olivier Marco
Service Restauration des Terrains de Montagne (RTM) - (DAFFAR) -
Représentant le Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires Rurales
Le Général
Commandant la 27e BIM -
Représentant le Ministre de la Défense
Laurence Frachon
Directrice Adjointe Région Centre-Est - Météo-France
Représentant le Secrétariat d'État aux Transports
Le Directeur Secrétariat d'État au Tourisme
  Collège N° 2 - Collectivités territoriales

Christian Grange

CD 73
Éric Fournier
Maire de chamonix
Jean-Henri Mir Maire de Saint-Lary
Marc Bauer Maire de Val d'Isère
Vincent Paccoret
CD 74
Michel Giraudy Maire de Bourg Saint Maurice
  Collège N° 3 - Syndicats Professionnels
Benjamin Blanc Président de l'Association Nationale des Directeurs de Services des Pistes (ADSP)
Christian Reverbel
Vice-Président
Vice-Président de l'Association Nationale des Directeurs de Service des Pistes (ADSP)
Laurent Reynaud
Vice-Président    
Directeur Général de Domaines Skiables de France (DSF)
Alexandre Maulin DSF
  Collège N°4 - Organisations professionnelles
Yves Bayle
Vice-Président du Syndicat International des Moniteurs de Ski (SIMSI)
Antoine Rattin
Secrétaire
Représentant le président du Syndicat National des Guides de Montagne (SNGM)
Samuel Morin
Chef du Centre d'Études de la Neige
Fernand Masino
Trésorier        
Vice-Président du Syndicat National des Moniteurs de Ski Français (SNMSF)
Claude Jacot Représentant l'École Nationale de Ski et d'Alpinisme (ENSA)
  Collège N°5 - Fédérations des Usagers
Nicolas Raynaud Vice Président de la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM) et de la Fédération Française de la Montagne et d'Escalade
Étienne Haller Réprésentant l'Association Nationale des Médecins de stations
   Collège N°6 - Individuels
François Rapin
 Membre de l'ANENA à titre privé

Portrait : Dominique Létang, directeur

" Et tu seras secouriste !! "

photo directeur

Directeur de l'Anena depuis le 2 mars 2009, ce qui l'anime le plus : la prévention. Ce n'est plus tant le secours qui l'intéresse, que tout faire pour que l'accident n'arrive pas.

Il sait que le combat sera long, mais il se battra, maintenant au sein de l'ANENA, pour faire baisser le nombre de tués par avalanche :

n'oubliez pas, rien n'altère sa ténacité.

Dominique LÉTANG, directeur de l'Anena depuis le 2 mars 2009, est né le 8 mai 1961 à Figeac (46). Il est marié et père de quatre enfants. D'origine pyrénéenne par sa mère, mais éloigné des massifs, il découvre la montagne, comme beaucoup, à travers les romans de Roger Frison-Roche, Lionel Terray ou Gaston Rébuffat. Sa passion de la montagne ne va plus le lâcher.

Pour preuve ! Plusieurs fois, il fera le trajet aller/retour en mobylette de Figeac à Gavarnie (65), le porte-bagages couvert de matériel ! À trente kilomètres heures de moyenne, faites le calcul ! En 1980, alors qu'il est appelé du contingent, il fait une chute en escalade, au cours de sa première permission, dans la vallée du Célé (46) et se fracture le bassin. Il est secouru dans des conditions rocambolesques : c'est une ambulance privée, avec à son bord deux infirmières en talons aiguilles, qui est dirigée sur les lieux de l'accident. Nullement désarmées, les deux infirmières dégottent une échelle dans le village tout proche, pour pouvoir accéder à la première terrasse, sur laquelle Dominique se trouve ! Il ne saurait dire s'il faut trouver ici, quelque lien avec sa future passion du secours Malgré son handicap provisoire, Il entre néanmoins en gendarmerie, dans le seul but de vivre en montagne et rejoint l'Ecole de Chaumont (52). Inapte physiquement, du moins sur le papier, l'avenir est incertain.

Enfin, il allait pouvoir montrer quelque chose ! Le temps de montée fut plus que correct. Du coup, il avait son sésame pour rejoindre une unité de montagne, non un PGHM (il n'y avait aucune raison) mais une brigade de gendarmerie en vallée d'Aspe (64).

photo directeur

 

Ce n'est qu'à la faveur d'un médecin compréhensif qu'il pourra effectuer, six mois plus tard, un test de sélection organisé annuellement pour les nouvelles recrues, par le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM) de Chamonix (74).
Mais c'est l'hiver, et Dominique est testé en ski, lui qui est surtout un grimpeur (les murs d'escalade indoor n'existaient pas à l'époque !). Le test est catastrophique, jusqu'à ce que le dernier jour on lui colle des peaux de phoque sous les skis, technique qu'il découvrait.

Une partie de son rêve se réalisait : il allait vivre en montagne 

La vie d'une brigade de gendarmerie en montagne était, en ce temps là, unique : c'était plus la présence du gendarme qui importait, qui rassurait, que son efficacité réelle en matière de relevés d'infractions ! En revanche, il était assuré une réelle surveillance de la frontière, soumise encore à quelque contrebande et autres passages de séparatistes basques... (encore qu'il n'en vît pas beaucoup!) Cette surveillance s'exerçait à ski de randonnée ou à pied, l'été.

Dès lors, Dominique progresse dans tous les domaines et obtient rapidement les plus hauts brevets militaires et le brevet d'Etat d'Accompagnateur en Moyenne Montagne (AMM).
Parallèlement, il intègre le seul groupe de spéléologues de la gendarmerie, celui d'Oloron Sainte-Marie1. Il arpentera de très nombreuses fois les galeries du gouffre de la Pierre Saint-Martin, en entraînement ou en secours, depuis Tête Sauvage ou le Soum Couy, jusqu'à la Verna et son fameux méandre Martine...

Commenceront aussi pour lui, ses premières permanences de secours, détaché au PGHM local, et son premier vrai secours au Pic du Midi d'Ossau, dans la voie appelée « sud-est ».
À 26 ans, il entre dans la spécialité « montagne » en rejoignant le Peloton de Gendarmerie de Montagne de Murat (15). Mais la direction générale lui avait fait miroiter une mission (celle de remonter le niveau des unités du massif central) qui fut toute autre dans les faits, du moins au début : patrouilles de nuit, barrages routiers, contrôle de la transhumance... ! Il comprit alors qu'il fallait passer la vitesse supérieure : son salut passerait par l'obtention du diplôme d'aspirant-guide auquel il ne pensait pas vraiment encore. Il fut aussi écouté de ses chefs, et obtint des périodes d'entraînement dans les Alpes, régulièrement.
En 1990, son diplôme d'aspirant-guide en poche, il est affecté au PGHM de Modane (73), où il restera huit ans, puis à celui de Grenoble en 1999, qu'il commandera en second pendant dix ans. Officier de réserve, guide de haute montagne depuis 1993, secouriste en montagne depuis 1988, il a à son actif plus de huit cents secours. Son parcours prouve que dans la vie, rien n'est jamais perdu : un handicap qui semble rédhibitoire dès le début (sa grave blessure et les autres à venir), l'éloignement des montagnes, les affectations que l'on subit au cours d'une carrière (Murat)... Rien n'aura altéré le but qu'il s'était fixé.

Son secours le plus sympa : celui d'une parapentiste de toute beauté !

Le moins sympa : le jour où il s'est fait traiter de tous les noms d'oiseaux à l'occasion du crash d'une montgolfière parce que le souffle rotor de l'hélicoptère avait soulevé l'aérostat et ses occupants, risquant dès lors, de provoquer leur chute, eux qui étaient sains et saufs. Il n'y était pour rien (il n'était pas pilote) mais les secourus ont parfois des réactions curieuses, tel cet ingénieur d'EDF qui un jour, à la demande insistante de son épouse, refusa de dire merci. Il ne le pouvait, étreint par un sentiment de honte et/ou en raison d'un orgueil démesuré !


Le plus périlleux : celui au profit de deux jeunes alpinistes, bloqués depuis deux jours dans la face ouest du Dôme des Ecrins, qui ont été sauvés in extremis. Sept tentatives d'hélitreuillage auront été nécessaires, non sans avoir au préalable démonté tout ce qui était démontable sur l'Alouette III, afin de l'alléger. Ne pouvant accéder directement aux naufragés, et là encore pour alléger de son propre poids la machine, Dominique a dû escalader une arête rocheuse, tenu par le câble de l'hélicoptère, technique peu orthodoxe, dangereuse, mais comme souvent, il y avait urgence...
Le plus dangereux : il ne l'a toujours pas raconté et garde ça pour ses vieux jours !

Une réflexion : jeune sauveteur, l'image d'un visage, d'un corps vous hante et vous empêche souvent de dormir, mais la détresse de la famille (parents, frère, sœur...) vous touche peu, égoïstement. Vingt-cinq ans plus tard, les choses se sont inversées : l'image ne vous fait plus rien, par habitude, mais le désarroi de la famille, les pleurs, les cris, deviennent insoutenables. Oui, toutes ces années vous ont fragilisé, en devenant mari et père, en perdant un être aimé...
Dès lors, vous vous apercevez que le regard que vous portez, au sens propre comme au sens figuré, n'est plus le même...

Ce qui l'anime le plus : la prévention. Ce n'est plus tant le secours qui l'intéresse, que tout faire pour que l'accident n'arrive pas. Il sait que le combat sera long, mais il se battra, maintenant au sein de l'ANENA, pour faire baisser le nombre de tués par avalanche : n'oubliez pas, rien n'altère sa ténacité. ?

 

---------------------

Dossiers de presse | Coordonnées Anena | E-mails équipe | Plan d'accès | Plan du site | Mentions légales